Réglementation thermique les 5 avantages et inconvénients de la réglementation thermique ?

es avantages et inconvénients de la réglementation thermique | 0 commentaires

Written by Groupe 2

20 novembre 2021
Capture decran 2021 11 20 a 19.50.14 - Réglementation thermique les 5 avantages et inconvénients de la réglementation thermique ?

Quels sont les avantages et inconvénients de la réglementation thermique?

Vous le savez peut-être, en France, la réglementation thermique est une obligation pour les nouvelles constructions. Cette réglementation n’est pas encore appliquée dans tous les pays européens, son objectif est de lutter contre les conséquences du réchauffement climatique, la température du globe augmente lentement mais sûrement, et ce phénomène a des effets négatifs sur notre planète. En effet, le changement climatique dégrade peu à peu notre environnement. Mais faut-il encore savoir à quoi elle ressemble et si elle porte réellement ses fruits.

Dans cette article, nous vous exposerons ce qu’il faut savoir sur cette réglementation thermique, les avantages et inconvénients de cette dernière.

Le principe de la réglementation thermique 2012 / 2020

La réglementation thermique est un dispositif qui vise à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. C’est la première étape vers la réduction des émissions de CO2. Elle s’applique aux nouvelles constructions et aux rénovations pour réaliser des constructions à énergie positive. En effet, elle impose aux constructeurs de privilégier l’utilisation des matériaux naturels qui sont moins émetteurs de CO.

Elle interdit l’utilisation des matériaux qui augmentent la consommation d’eau et d’énergie comme le béton précontraint, les isolants à base de produits minéraux ou encore les climatiseurs électriques. Elle prévoit l’interdiction de l’utilisation du béton précontraint et des isolants minéraux. Tous les travaux de rénovation doivent être réalisés avec du béton végétal ou des isolants à base de matières premières végétales, elle impose la modification de l’équipement électrique et de chauffage pour réduire la consommation d’énergie de 30 %.

L’interdiction de remplacer le carrelage par du parquet ou l’installation de radiateurs électriques par des radiateurs à fluide caloporteur. Les travaux les plus importants qui ne peuvent être réalisés qu’avec du béton végétal ou des isolants naturels sont la pose d’un revêtement de sol ou de plafond, la mise en place de cloisons, de planchers et de plafonds suspendus, la création d’une salle de bains ou d’un escalier. Un délai de cinq ans est donné aux propriétaires qui veulent faire des travaux de rénovation sur leur habitation afin de les faire selon la RT 2012.

Pour les travaux de construction neuf, la RT 2012 s’applique immédiatement. Enfin, la RT 2012 concerne les bâtiments neufs ou en cours de construction et les travaux de rénovation. Tout manquement à ses dispositions entrainera une amende forfaitaire qui dépendra de la gravité de l’infraction, de l’importance du bâtiment et de l’utilisation qu’il a. En effet, le propriétaire d’un logement qui n’est pas RT 2012 risque une amende allant de 300 euros à 3 000 euros. Quant à un professionnel qui ne respecterait pas les dispositions de la RT 2012, sa sanction peut aller jusqu’à 30 000 euros d’amende.

La RT 2012 concerne l’ensemble des bâtiments existants, qu’ils soient neufs ou en cours de construction.

Pour en savoir plus si vos travaux / rénovation respecte la RT 2012, vous pouvez consulter un bureau d’étude thermique.

Vous ne savez pas qu’est-ce qu’un bureau d’étude thermique, vous pouvez cette article : http://www.bureau-etudes-thermiques.fr

Les objectifs de la réglementation thermique :

• Réduire de 20 % les consommations d’énergie primaire des bâtiments neufs

• Réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre (GES) des bâtiments neufs

• Réduire de 50% les émissions de GES des bâtiments neufs à l’horizon 2020

• Améliorer de 10% la performance énergétique des bâtiments existants

• Améliorer de 20% la performance énergétique des bâtiments existants à l’horizon 2020

• Réduire de 40% les consommations d’énergie primaire des bâtiments existants à l’horizon 2020

• Réduire de 30% les émissions de GES des bâtiments existants à l’horizon 2020

• Réduire de 50% les émissions de GES des bâtiments existants à l’horizon 2050

• Améliorer de 20% la performance énergétique des bâtiments existants à l’horizon 2020

5 avantages clés de la réglementation thermique

La réduction des émissions de gaz à effet de serre par la baisse du chauffage et l’électricité.

Les coûts d’opération des logements sont moins élevés.

Les logements sont plus silencieux.

Les logements sont plus écologiques. Le bâti est dur à la fois dans le sens d’une consommation d’énergie et d’un impact environnemental.

Gains en qualité de vie.

Les habitants des logements réglementés peuvent mieux vivre dans un environnement plus sain et plus confortable.

Pour réussir leur transition énergétique, les pays du Nord ont besoin de s’appuyer sur l’expérience du Sud. L’Algérie a été choisie en raison des éléments suivants :

• Une transition énergétique à haut potentiel : l’Algérie a des ressources énergétiques importantes avec une production électrique d’environ 41 TWh en 2011.

• Une politique énergétique ambitieuse : l’Algérie est engagée dans une politique de diversification énergétique, dont le but est de réduire la dépendance au pétrole et aux hydrocarbures en générant des ressources propres pour la production d’électricité.

• Un savoir-faire et un savoir-être : l’expérience du Sud en matière de construction durable, en matière de maîtrise de l’énergie ou encore en matière d’innovation sociale et territoriale, peut être valorisée au profit du Nord.

• Une capacité d’adaptation : l’Algérie dispose d’une main-d’œuvre qualifiée et un potentiel en matière de recherche et de développement qui lui permet de s’adapter à des contextes sociaux, culturels, économiques et politiques divers.

Pour l’UNESCO, cette coopération doit permettre d’apporter une réponse concrète aux politiques de développement durable appliquées dans les pays du Nord en facilitant la mise en œuvre des normes et pratiques du Sud en matière d’énergie et de maîtrise de l’énergie.

A travers l’échange d’expériences, l’UNESCO souhaite que les technologies et les pratiques dites du Sud puissent, dans leur diversité, constituer des sources d’inspiration dans la mise en œuvre des politiques de développement durable. Ces expériences seront aussi l’occasion de favoriser la prise en compte de la diversité culturelle et de l’histoire de chacun.

5 inconvénients de la réglementation thermique

Ils obligent à améliorer la performance énergétique des bâtiments.

Ils obligent à changer les comportements consommation.

Ils sont contraignants pour les entreprises et les propriétaires (coût des matériaux).

Ils sont contraignants pour les particuliers (respect de la vie privée avec l’obligation de mettre en place des compteurs intelligents ).

Ils peuvent être récurrents dans le temps.

Leur mise en œuvre est parfois difficile à mettre en place. Les réglementations thermiques sont contraignantes pour la maîtrise de l’énergie et peuvent représenter un coût important pour les entreprises.

Leur efficacité peut être amoindrie par la mauvaise gestion des compteurs intelligents.

Ils peuvent laisser de côté la prise en compte de la performance énergétique globale du bâtiment (coût de la construction, de l’exploitation et de l’élimination).

Leur mise en œuvre nécessite une formation des personnels.

Ils peuvent être très contraignants pour les petits propriétaires qui ne disposent pas toujours des moyens financiers et techniques nécessaires.

Ils ne prennent pas en compte la durabilité des matériaux utilisés : les règlementations thermiques ne prennent pas en compte la durabilité des matériaux.

Ils peuvent conduire à la construction de bâtiments inadaptés aux réalités locales : règlementations thermiques et réglementations sur les énergies renouvelables sont parfois en contradiction.

Ils sont difficiles à mettre en œuvre pour les petites structures.

Ils ne prennent pas en compte les coûts d’énergie durant le cycle de vie du bâtiment, notamment les coûts de démantèlement.

Ils peuvent conduire à un surinvestissement dans l’énergie, notamment en termes de chauffage.

Ils ne prennent pas en compte les économies d’énergie réalisables par l’utilisation des énergies renouvelables.

En somme cette RT a des avantages et aussi des contraints, mais il faut savoir que la RT est en train d’évoluer, notamment en ce qui concerne les énergies renouvelables et leurs économies d’énergie.

L’autre type de règlementation thermique est la règlementation sur les énergies renouvelables qui se base sur les émissions de gaz à effet de serre pour vérifier la performance énergétique. Si l’on prend l’exemple de la réglementation thermique 2015, on s’aperçoit que le législateur est passé d’un système de performance énergétique basé sur le rendement énergétique du bâtiment à un système de performance énergétique basé sur les émissions de gaz à effet de serre.

Dans ce cas, il n’y a pas d’obligation d’avoir recours aux énergies renouvelables, mais il y a une obligation d’avoir une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Dans la RT 2015, la contrainte principale est l’obligation d’avoir une réduction d’au moins 20% des émissions de gaz à effet de serre en 2021 par rapport à 2006.

Il faut noter que l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre est essentiellement basée sur la quantité d’énergie consommée. Par exemple la consommation d’un bâtiment est évaluée par la quantité d’énergie consommée par le bâtiment, ou encore la quantité d’énergie consommée par une habitation individuelle est évaluée par la quantité d’énergie consommée par la maison.

Pour le calcul des émissions de gaz à effet de serre, on prend en compte les émissions directes et indirectes.

Les émissions directes sont les émissions dues au chauffage, à la production d’eau chaude sanitaire et à la climatisation (dans le cas de bâtiments industriels).

Quant aux émissions indirectes, elles sont dues aux déplacements des personnes qui travaillent dans le domaine de la construction ou encore dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. Enfin, on a aussi des émissions indirectes dues à la fabrication des matériaux et produits utilisés pour la construction d’un bâtiment ou d’une habitation.

Aujourd’hui, on peut dire qu’il existe un consensus dans la communauté scientifique quant au fait que l’effet de serre est un problème réel et important, et qu’il faut réagir maintenant !

Voici une court vidéo sur les exigences de la réglementation thermique : https://www.youtube.com/watch?v=HG0zVGRMnFk

Ecrit par Groupe 2

Related Articles

Related

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.